search

Accueil > Politique éducative > Les différents parcours éducatifs > Parcours Educatif de Santé > Ados et jeux vidéos : la/le CPE et l’accompagnement des parents

Ados et jeux vidéos : la/le CPE et l’accompagnement des parents

samedi 19 décembre 2020, par Stéphane GOUDET

En cette période de fêtes et cadeaux, les consoles et jeux vont être prisés par de nombreux élèves.Nous sommes souvent confrontés à l’inquiétude, voire le désarroi de certaines familles concernant l’utilisation excessive de leur enfants des divertissements vidéo-ludiques. Ces difficultés sont amplifiées lorsque ces parents sont peu ou pas familiers de ces univers. Voici quelques pistes à l’égard des parents.

Des pistes de conseils pour les familles

  • S’intéresser aux jeux qu’utilise son enfant par exemple en lui demandant de montrer une partie ou en jouant avec lui. Se rendre sur des sites spécialisés pour se renseigner sur ces jeux https://www.jeuxvideo.com/, https://www.gamekult.com
  • S’assurer que le jeu est bien adapté à l’âge de l’enfant. Le site de la PEGI (Pan European Game Information)permet aux parents de prendre des décisions éclairées lors de l’achat de jeux vidéo
  • Instaurer un dialogue concernant les jeux vidéos : discuter avec lui des raisons de son choix, de ce qui l’a séduit dans le jeu, de ce qui lui a déplu . Il faut avoir avant pris des informations sur le jeu pour pouvoir argumenter et le cas échéant.
  • Les consoles de jeux récentes disposent de verroux parentaux ciblant les contenus ainsi que des limiteurs de temps
  • C’est aux parents de fixer une cadre, des limites à la durée de jeu. Il est est donc utile de connaitre les jeux utilisés, par exemple savoir qu’une partie de FIFA ou guitar hero peut durer 10 minutes.
  • Pour s’assurer du respect des limites, il est conseillé de placer ces consoles dans le salon (c’’est d’ailleurs leur nom !).
  • Dans la majeur partie des cas, un comportement de jeu excessif n’est pas la cause d’un désinvestissements scolaire mais un moyen. Le dialogue pourra également mettre en évidence les difficultés dont l’usage excessif des jeux est le symptôme.
  • Dans le cas où le dialogue est rendu difficile, où l’enfant montre des signes de dépression (fatigue,perte d’intérêt, irritabilité, tristesse, isolement, désinvestissement, scolaire, troubles du sommeil, perte d’appétit...), où l’inquiétude des parents prend e l’ampleur, il ne faut pas hésiter à faire appel à des professionnels. Si l’enfant ou le jeune n’est pas disposé à consulter, les parents sont encouragés à faire la démarche pour eux-mêmes dans un premier temps.

    Les partenaires des CPE pour accompagner les familles

L’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie  : Le domaine d’action de l’ANPAA couvre aujourd’hui l’ensemble des addictions : usage, usage détourné et mésusage d’alcool, tabac, drogues illicites et médicaments psychotropes, pratiques de jeu excessif et autres addictions sans produit. Les risques liés à ces comportements pour l’individu, son entourage et la société sont abordés dans une perspective globale, psychologique, biomédicale, et sociale. L’intervention de l’ANPAA s’inscrit dans un continuum allant de la prévention et de l’intervention précoce à la réduction des risques, aux soins et à l’accompagnement. Découvrirle site de l’ANPAA

Les Maisons des Ados, présentes dans presque tous les départements, accueillent les jeunes et leur entourage anonymement, gratuitement et sans rendez-vous. Objectif : aider à résoudre les problèmes des ados grâce à un réseau de professionnels à l’écoute.
A quoi sert une Maison des Ados ?

La Maison des Adolescents
est un lieu qui accueille les adolescents de 11 à 25 ans (l’âge dépend des structures). Elle s’adresse également à leurs familles et aux professionnels.

Ses missions sont les suivantes :

L’accueil, l’écoute, l’information, l’orientation
L’évaluation des situations
La prise en charge médicale et psychologique
L’accompagnement éducatif, social et juridique

La MDA a pour mission de répondre aux questions que se posent les adolescents : relations aux autres, problèmes de famille, amis, mal-être, corps, puberté, sexualité, consommation de drogues, violence, prise de risques… L’idée est d’aider les jeunes et leur entourage sur tous les sujets qui préoccupent cette tranche d’âge. Les accompagnements sont anonymes, gratuits et sans rendez-vous.
Découvrir par exemple le site de la MDA de Côte d’Or