search

Accueil > Politique éducative > Les Compétences psychosociales > Focus sur les émotions

Focus sur les émotions

lundi 6 mai 2019, par Stéphane GOUDET

La gestion de ses émotions est une compétence psychosociale à travailler avec les élèves tout au long de leur scolarité. Voici des informations, des outils pour mieux appréhender et exprimer les émotions et ainsi développer cette compétence avec les élèves.

22 infos essentielles sur nos émotions

Source : antideprime.com

1) Plus on tente de lutter contre une émotion, plus son intensité augmente.

Il ne sert donc à rien de lutter contre les émotions. Il suffit de les accueillir sans les juger, sans s’y opposer.

Dites « c’est ok », « c’est ainsi ».

L’émotion est une énergie en mouvement : si elle n’a pas de place, elle va faire pression contre ce qui la contient et causer des dégâts.

2) Pour accueillir une émotion, respirez-la : gonflez vos poumons, activez votre système nerveux autonome sympathique (voir cet article sur la cohérence cardiaque).

3) Les émotions ne sont ni négatives ni positives, elles sont. En revanche, elles ont une tonalité : agréables ou désagréables.

4) Le corps influence le cerveau : Forcez-vous à sourire pour ressentir de la joie. On appelle cela la rétroaction faciale. Et cela fonctionne aussi avec tout le corps (voir cet article).

5) Verbaliser le ressenti permet d’en réduire l’intensité. « J’éprouve de la tristesse », « j’éprouve de la colère ». Voir plus bas pour le vocabulaire des émotions.

6) Donner libre cours à son émotion ne l’atténue pas. Au contraire, elle se renforce (exemple avec la colère). Contentez-vous donc de l’accueillir en respirant.

7) L’émotion est accompagnée de modifications physiologiques, de symptômes : augmentation des pulsations cardiaques, accélération de la respiration, température corporelle en hausse, tension musculaire, transit gastro-intestinal ralenti…

8) Dire « arrête de pleurer » à un enfant est inutile : la sécrétion de larmes n’est pas sous le contrôle de la volonté.

9) Toute émotion est éphémère, elle s’épuise naturellement. Ce qui n’est pas le cas du sentiment qui peut parfois durer toute une vie.

10) L’émotion mobilise de l’énergie en vue d’actions (à l’origine pour assurer notre survie). Elles sont là pour nous protéger.

11) Les émotions fondamentales ont une expression faciale caractéristique et universelle. Elles sont innées, même chez le bébé.

12) Les émotions fondamentales sont :

La joie, la tristesse, la peur, la colère.

Mais Paul Ekman, le psychologue qui a inspiré la série Lie to me, évoque plutôt 6 émotions primaires : la peur, le dégout, la colère, la surprise, la joie et la tristesse. Il a déduit cela de ses travaux qui portaient sur les expressions faciales.

Daniel Goleman, rendu célèbre pour son livre « L’intelligence émotionnelle » cite les émotions les plus communément mentionnées :la colère, la tristesse, la peur, le plaisir, l’amour, la surprise, le dégout et la honte.

13) Les émotions nous aident à identifier nos besoins et à les satisfaire. Elles sont comme des voyants lumineux sur le tableau de bord d’un véhicule. C’est pourquoi nous éprouvons plus d’émotions désagréables qu’agréables. Nous sommes ainsi alertés de tout dysfonctionnement.

14) Les besoins de tout être humain sont :

– le besoin de sécurité.

– le besoin de stimulation.

– le besoin affectif ou social.

– le besoin d’estime et de reconnaissance.

– le besoin d’autonomie.

– le besoin de sens, de cohérence.

C’est leur non-satisfaction qui déclenche les émotions. C’est donc la cause qu’il est important de traiter. Les émotions sont les conséquences.

15) Les sensations nous renseignent sur l’état de satisfaction des besoins physiologiques (la faim, la soif…) tandis que les émotions nous indiquent l’état de satisfaction des besoins psychiques.

Les sensations sont purement physiques. Nous sentons le chaud et le froid, le sucré, l’amer, la douleur, les tensions musculaires,…

16) La pratique de la méditation améliore la capacité à gérer ses émotions.

17) La déprime est un état passager alors que la dépression est plus durable et plus grave dans les symptômes :

– manque de motivation

– perte de plaisir

– tristesse marquée

– sentiment de culpabilité

– idées noires

– perturbation du rythme du sommeil

– perte ou gain d’appétit

– ralentissement de l’activité psychomotrice.

18) Les principales réactions à l’émotion sont :

Joie : désinhibition.

Tristesse : repli sur soi.

Peur : fuite ou vigilance.

Colère : agressivité.

Surprise : inhibition de l’action.

Dégoût : retrait, éloignement.

19) Les émotions sont impliquées dans la prise de décision. Au plus nous nous y fions, au mieux nous décidons.

20) L’intelligence émotionnelle est caractérisée par le Quotient Emotionnel(QE). Son score pèserait plus que le QI dans la réussite professionnelle et la qualité des relations sociales.

21) Les émotions sont contagieuses. Même au sein d’un réseau social tel que Facebook comme évoqué dans cet article.

22) L’amour rend littéralement aveugle.

Le coeur s’emballe, le souffle est plus court, on a les mains moites, les pupilles dilatées. La dopamine est produite en grande quantité.

L’amygdale du côté émotionnel se désactive quand on est amoureux. Ceci nous rend moins conscient du danger, plus insouciant. (via)

Outils pour verbaliser ses émotions :

Yves-Alexandre Thalmann nous fournit le vocabulaire pour verbaliser nos 4 émotions fondamentales. La verbalisation permet d’atténuer l’affect. Il est donc utile de prendre l’habitude de poser des mots sur ce que nous ressentons.

Joie : accompli, affectueux, à l’aise, assouvi, bienveillant, chaleureux, comblé, détendu, émerveillé, enchanté, enjoué, enthousiasmé, motivé, optimiste, ravi, revigoré, serein, soulagé, vif, vivant.

Tristesse : abattu, affligé, bouleversé, cafardeux, chagriné, découragé, déçu, démoralisé, démotivé, éploré, esseulé, fatigué, impuissant, mélancolique, misérable, morne, nostalgique, pessimiste, piteux, résigné, triste, vain.

Peur : accablé, affolé, angoissé, anxieux, apeuré, atterré, broyé, craintif, défait, désemparé, déstabilisé, épouvanté, hébété, horrifié, inhibé, inquiet, insécurité, méfiant, paralysé, perplexe, terrorisé.

Colère : agacé, agressif, aigri, amer, contrarié, désagréable, destructeur, énervé, enragé, exaspéré, fâché, frustré, furieux, haineux, horripilé, hystérique, irrité, ulcéré, vindicatif, violent.

Outils pour mesurer nos émotions :

La cartographie des émotions :

De chercheurs finlandais sont parvenus à établir une cartographie des émotions à partir des témoignages de centaines de volontaires : ci dessus la localisation des sensations et leur intensité pour chaque état émotionnel. Il s’agit d’un précieux outil pour les identifier et y associer le vocabulaire spécifique :

Le senti-mètre (Yves-Alexandre Thalmann) s’utilise ainsi : disposez un point pour déterminer votre état émotionnel.

De la même manière, Yves-Alexandre Thalmann propose de mesurer l’intensité de la tonalité sur une échelle de très agréable à très désagréable.

Ces outils visuels complètent la verbalisation.

La roue des émotions
Consulter les articles :
La roue des émotions : un outil pour verbaliser les émotions et en décrypter les besoins sous-jacents

Outil : la roue des 4 émotions fondamentales

Consulter également en complément l’article "Les 10 émotions positives qui nous donnent des super-pouvoirs : questions à poser aux élèves ( pour les activer)"

Une vidéo pour présenter les 4 grandes émotions et leurs besoins

Fabriquer des pyramides émotionnelles :

L’artiste Benoit Leva représente les émotions avec des pyramides. Pourquoi ne pas compléter ces 4 émotions primaires sur le même modèle ?

Emotions Primaires from benoit leva on Vimeo.