search

Accueil > Politique éducative > Les Compétences psychosociales > Travailler avec les élèves les notions de besoin et désirs pour développer (...)

Travailler avec les élèves les notions de besoin et désirs pour développer des compétences psychosociales.

mercredi 27 mai 2020, par Stéphane GOUDET

La fleur des besoins est un outil qui vise à permettre aux élèves en collège de comprendre par quoi leurs actions sont mues (les besoins) et dans quelle mesure les besoins et les désirs sont différents. Dans cette perspective de connaissance de soi, plusieurs compétences liées aux émotions pourront être travaillées et améliorées.

La gestion de la frustration (différencier besoins vitaux et envies, reconnaître une envie même si on ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut quand on veut, savoir qu’un besoin peut être comblé par des stratégies différentes) ;
La gestion de la colère (mettre des mots sur les besoins à l’origine de la colère) ;
La connaissance des autres (savoir que tout le monde est motivé par la satisfaction des mêmes besoins et en connaître la liste permet de comprendre ce qui motive les autres à agir) ;
La maîtrise de la violence (possibilité de parler des besoins plutôt que faire des reproches ou attaquer les autres).

Dans un premier temps, on présentera la fleur des besoins aux enfants en leur expliquant que toutes nos actions sont motivées par la satisfaction de besoins, que tous les humains ont les mêmes besoins et que ces besoins peuvent être de nature différente.

Chaque pétale de la fleur des besoins correspond à une sorte de besoin et quelques exemples y sont donnés. On pourra lire chaque pétale l’un après l’autre avec les enfants et on prendra un temps de réflexion pour leur demander s’ils connaissent d’autres besoins qui pourraient être ajoutés à l’intérieur du pétale.

Quelques exemples :

  • besoins du corps : repos, pause, lumière, soins médiaux, sécurité, maison
  • besoins du mental  : maîtrise, découverte, changement, choix, rigueur, stimulation, évolution
  • besoins d’amour : soutien, douceur, empathie, attention, affection
  • besoins de plaisir  : dire merci, être remercié, se relaxer, défoulement, joie, fête
  • besoins d’estime de soi : affirmation, indépendance, confiance en soi, but, espoir, sens de la vie/ sens des actions entreprises
  • besoins de relations  : inclusion, confiance, réciprocité, confidentialité, aide, reconnaissance, honnêteté, fiabilité

Une fois la fleur complétée avec les idées des élèves, on pourra prendre un temps de pause pour que chacun la relise en entier. On choisira quelques besoins (en fonction de ce qui est à travailler avec le ou les enfants – par exemple, la justice ou la sécurité dans un groupe où la violence est prégnante) puis on posera quelques questions :

  • peut-on vivre sans amour ? comment sait-on quand on est aimé ? et quand on aime ? est-ce que vous avez des exemples de personnes qui vivent sans amour (dans des livres ou films par exemple) ? comment se sentent-elles ? que font-elles ?
  • peut-on vivre sans repos ? comment faites-vous pour vous reposer ? qu’est-ce qui se passerait si on ne pouvait plus dormir ?

Ensuite, on pourra choisir un besoin et demander : est-ce qu’il y a plusieurs manières de remplir ce besoin ? quand ressentez-vous que ce besoin n’est pas satisfait, comment le savez-vous ? comment faites-vous pour le satisfaire ? comment vous sentez-vous quand il n’est pas satisfait ?

Après ces échanges, un deuxième temps sera consacré à la fleur des désirs. On leur montrera la deuxième fleur avec ses exemples et on leur expliquera la différence entre désir et besoin. Les désirs se distinguent des besoins dans le sens où les premiers peuvent être satisfaits sur un mode imaginaire. Un désir ou une envie peuvent être résolus par la simple reconnaissance du désir. Par exemple, il suffit parfois qu’un parent sorte un crayon et un stylo pour noter les demandes d’un enfant quand celui-ci réclame tous les jouets dans un magasin. Ce qui compte vraiment est qu’une personne montre qu’elle prend au sérieux les désirs de l’enfant et qu’elle s’en soucie assez pour les noter. Les désirs ou envies peuvent masquer les besoins. Par exemple, le désir du dernier smartphone à la mode n’est pas un besoin en tant que tel mais le devient quand on raisonne au-delà de ce qui est donné à voir ou à entendre : besoin d’appartenance (via la conformité avec les autres), besoin de reconnaissance, besoin d’amitié, besoin de communication, besoin d’affirmation…

On pourra alors demander aux élèves de remplir les pétales vides avec des désirs qu’ils éprouvent.

Un fois ces désirs notés (sans forcément remplir tous les pétales), on pourra demander aux élèves :

  • Quand nos désirs sont-ils réalisés ? (ex : pour les cadeaux d’anniversaire, quand on est adulte et qu’on peut faire ce qu’on veut, quand on a de l’argent…)
  • Pourquoi on a envie d’avoir des choses nouvelles ou de marques ?
  • Qu’est-ce qu’on ressent quand les autres ont quelque chose que l’on voudrait ? Avoir certaines choses donnent-elles un sentiment de supériorité ? Peut-on le relier aux besoins de la fleur des besoins ?
  • Pour conclure, on pourra demander aux enfants de regarder les deux fleurs remplies côte à côte :
  • est-ce que certains désirs correspondent à des manière de satisfaire un besoin ?
  • quelles seraient d’autres manières de combler ce même besoin ?
  • qu’est-ce qui est important dans la vie ? avoir ? ou faire ? ou être ?

Source : apprendreeduquer.fr, article inspiré de" L’impasse de la punition à l’école : des solutions alternatives en classe" (Sciences de l’éducation) de Éric Debarbieux et collectif (éditions Armand Colin)