search

Accueil > Politique éducative > Prévention de la violence > Compte rendu d’une réunion d’information sur la prévention de (...)

Compte rendu d’une réunion d’information sur la prévention de la radicalisation, département de l’Yonne

vendredi 16 décembre 2016

Nous avons assisté ce mercredi à une formation prévention des dérives radicales pouvant conduire à des actes terroristes. Etaient présents différents personnels de l’Education nationale.C’est à travers un regard croisé proposé par des personnels de la préfecture, du Ministère de l’Intérieur et d’associations partenaires que nous nous sommes construit une culture commune pour prévenir et endiguer ce nouveau phénomène à laquelle l’Ecole est confrontée.

Sans rentrer dans les détails, il s’agit à l’heure actuelle pour les établissements scolaires, d’inciter chaque personnel à signaler tout comportement suspect qui pourrait relever de signes de basculement dans la radicalisation. Si le repérage et les signalements peuvent être des démarches compliquées ou difficiles à assumer, il s’agit surtout de ne pas rester seul(e)s face à ces doutes ou ces suspicions que nous pouvons avoir dans notre observation des élèves au quotidien.

Ainsi, en parler en équipe, croiser les regards, mais aussi échanger grâce à nos expériences différentes mais aussi nos champs d’interventions divers et variés reste une réponse adaptée pour l’UCLAT. Le travail de partenariat avec les familles que nous faisons chaque jour favorise un climat scolaire serein. L’apprentissage des valeurs de la République contribue également à sensibiliser nos élèves encore en pleine découverte du monde de la menace réelle d’embrigadement qui existe, notamment avec l’internet et les réseaux sociaux qui demeurent un "facilitateur" de théories du complot en tout genre et de la radicalisation de jeunes français qui projettent de partir faire le Djihad en Syrie.

Sur les indicateurs de ces radicalisés, pas de profil type, bien au contraire : Beaucoup d’idées reçues sont d’ailleurs balayées sur les signes précurseurs que les médias ont souvent tentés d’avancer. En revanche, ce qu’il faut retenir c’est bien qu’il s’agit là d’un processus progressif qui a deux variables :
-la rupture
-la violence.

Cette rupture du lien familial, du lien avec l’école, nous pouvons parfois l’observer avec des élèves qui sont absentéistes, décrocheurs, ou qui ont un discours ou un raisonnement qui peut devenir binaire. Ce lien privilégié avec les élèves, nous devons donc tous nous assurer de le garder avec chacun, en restant vigilant sur ce qu’il se passe en classe, mais aussi parfois en dehors lorsque nous en avons connaissance car nous avons le souci de la réussite de tous, en ne laissant personne au bord du chemin. Pour tout compléments d’informations un numéro vert et un site

0 800 005 696

http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/